Haut
de la
Page

3


 


Nb connecté(s) 1

 

 

 

 

AVANT-PROPOS

Depuis que j'ai repris la réécriture du site, je m'aperçois que j'ai mélanger dans ma bibliographie personnelle des ouvrages qui vont tous dans le même sens et qui peuvent avoir une influence non négligeable dans les orientations des personnes en cours de quête spirituelles en oubliant tout de même qu'ils sont d'inégale valeur, sur les plans littéraires et scientifiques.

Par exemple, cette page débute par la présentation d'ouvrage d'un auteur, certes inspiré et trsè innovant, mais dont la valeur littéraire reste quelque peu discutable.

Associer donc des auteurs comme Jean CHARON et Bernard WERBER pourrait parâitre osé pour certains internautes, dont le créateur de ce site. Alors j'en suis désolé. Il est vrai que j'ai été très déçu par les ouvrages qui ont suivi la trilogie "Nous les Dieux" de Weber.

Jean Émile CHARON est un savant de haute pointure, malheureusement peu connu et certainement vicitme d'une omerta de l'intelligentsia tant la pensée de Charon est innovante, venant boulerverser les croyances religieuses dans leur ensemble.

Vous verrez-bien par vous-même.


 

 

 

 

 

 

Et si ce n'était pas les civilisations les plus raffinées mais les plus féroces qui avainent laissé leurs marques dans l'histoire humaine?

A bien y regarder, les cultures disparues n'ont pas été forcément les moins évoluées. Il suffit parfois d'un chef naïvement abusé par les promesses de paix de ses adversaires ou d'aléas météorologiqus bouleversant le cours d'une bataille pour que bascule le destin de tout un peuple. Les historiens des vainqueurs réécrivent ensuite à leur guise le passé des perdants afin de justifier leur anéantissement. Pour effacer tout scrupule aux générations ultérieures; la formule "Malheur aux vaicus" clos le débat. Et Darwin a même trouvé une légitimation scientifique à ces massacres avec sa «sélection naturelle» et sa théorie de la « survivance des plus aptes.»
 Ainsi s'est créée l'histoire des humains de la terre, sur des charniers et des traîtrises oubliées.
Qui a vu?
Qui sait vraiment?
  Je n'ai trouvé qu'une réponse: «le» ou «les » dieux à condition bien-sûr qu' «il» ou «ils» existe(nt) J'ai tenté d'imaginer ces témoins discrets. des dieux scrutant une humanité grouillante à la manière d'entomologistes observant des fourmis.

Si des dieux existent, quelle a été leur éducation? Tout évolue. Comment sont-ils passée de la jeunesse à l'âge mûr? Comment interviennent-ils? Pourquoi les intéressons-nous?

J'ai cherché des réponses dans les textes sacrés, du Livre des morts tibétain, en passant par le chamanisme ou les grandes cosmogonies des peuples des 5 continents. Ils donne des informations que ne se contredisent que très rarement. Comme s'il existait une perception collective d'une dimension qui nous dépasse et des règles du jeu cosmique.

Philosophie et science ont toujours été opposées, mais pour moi elles se rejoignent dans ce qu'on pourrait nommer «la spiritualité laïque.». Là ce qui importe , ce sont les questions plus que les réponses.

Pour le reste j'ai laissé libre cours à mon imagination.

A mes yeux, «Nous les dieux» constitue la prolongation naturelle des Thanatonautes et de l' Empire des anges. Après la conquête du paradis et la découverte du monde angélique; il était logique que le niveau d'évolution supérieur soit précisément celui des dieux...

C'est pourquoi Michael Pinson, ainsi que sont étrange ami Raou Razorback, Freddy Meyer, Marilyn Monroe, tous les ex-thanatonautes-ex-anges, réunis sous le slogan «L'amour pour épée, l'humour pour bouclier», sont ici de retour. Je me suis laissé emporter dans ce monde imaginaire comme dans un rêve éveillé. La nuit, je continuais à vivre certaines scènes.

J'ai travaillé en écoutant nombre de musiques de fil; et notemment, celle du Seigneur des anneaux de Dune et de Jonathan Livingstone le Goëland. S'ys sont ajoutés les neufs symphonies de Beethoven; Mozart, Grieg, Debussy, Bach, Samule Barber, et la symphonie des planètes de Gustav Holst pour el classique; coté rock, Mike Oldfield, Peter gabriel, Yes, Pink Floyd.

Lorsque j'ai parlé de mon projet à mon éditeur, il s'est montré enthousiaste devant cette création d'un monde . résultat, plus de mille pages, qui constitueront troi volumes.

Au bout de la quête initiatique de mon héros, la rencontre avec le Créateur de l'univers.

Alors peut-être vous poserez vous la question, vous aussi: «Et moi, si j'étais à la place de Dieu, je ferais quoi?»

Bernard WERBER

 

 

 

Ce qu'on peut retenir de l'oeuvre Bernard Werber, c'est qu'en prenant comme levier de réflexion la loi d'évolution, la théorie erronée de Darwin, car l'évolution n'est pas uniforme et comporte des cycles, l'auteur suppose que les règnes ne représentent que des étapes de cette évolution. Cette intuition est en soi enthousiasmante parce que qu'ainsi Werber suppose que : dans ce monde-ci, il existe quatre règne, minéral, végétal, animal et humain ; dans un monde supérieur (moins dense?) il y a les règne des anges, des archanges et autres ; dans le monde des dieux, le dernier étage de notre univers, il existe encore des règne d'apprentissage.... jusqu'au Créateur.

Voilà une intuition qui cadre parfaitement avec d'autres intuitions révélées dans d'autre ouvrages présentés dans ce site, comme cette théorie de « Lhomme superlumineux » du Pr Régis Dutheil selon laquelle il existerait trois monde, sous-lumineux, lumineux et supra-lumineux. Dans l'ordre, notre monde, le monde des anges, le monde des dieux.

Tout se recoupe donc ; Cela donne le vertige

 

 

 

 

Extrait première page.

IL nous regarde.
Nous sommes tout hagards, hébétés, haletants.
C'est un Œil géant, tellement immense qu'il repousse les nuages et masque le soleil.
A mes cotés mes compagnons se sont figés.
Mon coeur bat plus fort.
Serait-il possible que ce soit....
L'œil géant flotte quelques instants dans le ciel comme s'il nous observait , puis il disparait d'un coup. Autour de nous le vaste plateau tendu de coquelicots rouges paraît soudain orphelin de l'écrasante présence.
Nous n'osons échanger un mot ou un regard.
Et si c'était LUI?
Depuis des siècles et des siècles, des milliards d'humains ont espéré ne serait-ce que distinguer SON ombre, l'l'ombre de SON ombre, le reflet de l'ombre de SON ombre. Et il nous a été donné, à nous, d'percevoir SON Œil?
À bien m'en souvenir, il me semble que la pupille, insondable tunnel noir, s'était légèrement contractée, comme pour faire le point sur nos minuscules personnes?
Pareil à un œil humain scrutant des fourmis. ........

L'intuition est géniale. Est-ce de cette façon que les humains prendront contact avec le créateur? Rien n'est moins sûr. Mais pourquoi pas?
N'est-ce pas LÀ le destin de chaque âme, après avoir cheminé durant des milliers d'années du stade de minéral à l'état d'humain, de poursuivre son évolution et rejoindre le créateur?

 

 

 

 

 

 

 

JEAN-ÉMILE CHARON

Plutôt que de me lancer dans un exercice de rédaction périlleux, il m'a paru plus judicieux de vous présenter quelques textes choisis qui résume parfaitement la pensée de Jean-ÉMile Charon. La mécanique quantique est une discipline scientifique compliquée au premier regard. Mais en même tempx cette science nous fait miroiter une perception de l'univers qui ne peut que bouleverser les anciennes croyances et inviter certaines consciences à s'ouvrir sur la réalité multiple de notre univers.

Extraits page 57-58-59

Si la matière est, en raison de la loi d'entropie, porteuse de mort, en désorganisation croissante, l'Esprit éonique logé dans les électrons est au contraire facteur d'organisation de néguentropie croissante, de vie sans cesse triomphante, et ces deux univers qui luttent et se marient tout à la fois sont l'essence même de l'évolution universelle. Pour la première fois, en faisant apparaître le Dedans, le Verbe, l'Esprit en tant que facteur scientifique, l'Homme pourrait penser que le plus triomphera du moins et que l'Esprit descendu incarné dans la matière aura le dernier mot. La science « gnostique », au lieu d'être l'aliment du désespoir, de l'effroi et de la peur, serait la « raison » d'une nouvelle fois.

Tous ces éléments s'intègrent donc dans des mécanismes précis.Toute la matière est donc faîte d'atomes, et chaque atome comporte un noyau et des électrons tournant autour de lui. Le noyau lui-même est constitué de nucléons composés de de protons positifs et de neutrons. L 'électron est la plus légère des particules (1840 fois plus légères que les nucléons). Il est jusqu'à présent ce qui ne peu être divisé. En revanche le proton, composant le noyau avec le neutron, peut-être brisé pour obtenir un neutron et un positron peut-être brisé pour obtenir un neutron et un positron, même particule que l'électron négatif, mais de signe positif. Le neutron peut lui aussi être brisé, donnant un proton comme précédemment et un électron. En fait, seuls le proton et l'électron sont éternels, le neutron devenant éphémère lorsqu'il est sorti du noyau. Proton (+) et électron (-) demeurent donc les deux briques fondamentales dans la construction universelle mais ne peuvent agir sans se cacher dans le tiers « neutre ». On peut connaître leur structure par les accélérateurs qui produisent des collisions déterminant la structure des projectiles ? Mais l'électron n'est pas une particule de matière comme le proton , minuscule bille de billard dont la densité est énormes, mais in micro-trou noir situé dans le dedans et non dans le dehors matériel de l'Univers. Il est  « invisible » quelque soit son agrandissement. Il est « ailleurs » dans un temps et un espace extérieur invisible illustrant la pensée mystique de saint Augustin : « Le monde nous apparaît comme fait de choses qui ne nous apparaissent point. » Alors qu'un proton cogne un neutron et rebondit selon les lois mécanique, un électron cognant un neutron poursuit sa course avec un légère déviation, due à la présence des charges électriques dans le neutron. Tout se passe comme si le choc était une interaction entre des points matériels de dimension quasi nulle et non entre objets visibles. L'électron est donc une espèce de passe-muraille, un fantôme qui traverserait la matière comme nos idées invisibles traverseraient notre cerveau sans laisser de traces, idées dont l'existence ne serait perçue que par notre esprit en communication directe avec l'invisible. De volume nul dans l'espace visible de la matière, l'électron tient donc sa réalité dans un autre espace, le dedans de l'Univers, comme le trou noir,dans sa courbure totale où le Cosmos vient à se refermer sur lui-même. L'électron de ce fait deviendrait le seul vrai porteur d'Esprit dans le monde, le vrai moteur de toute évolution, le déterminant de notre Moi éonique.

Vous devez vous préparer.